Странице

среда, 28. јун 2017.

Sećanja sa mora

Pamtim
kako slušamo
Koncert
cvrčaka koji samo noću
poput ljudi
na počinak legnu i
odustanu od neprestane pesme
Vetar
što lagano mreška i cepka
morsko platno
I češlja tvoju nemirnu kosu;
Talase
koji u obliku pene
nestaju i nastaju
pred našim gladnim očima
Hlad tvog šešira
koji smo podelili
uz poneki slab
poljubac slan
Par izronjenih školjki i
"Verenice moja..."
Svetla sunčana jutra na terasi
I prijatne večeri uz more
Ne radimo ništa
I to odlično radimo svaki dan...
Postali smo majstori u tome.



























Pamtim
i onu jednu glupu svađu
A sve je to bio nesporazum
Večni nesporazum
Čoveka i žene:
Voliš li ti mene više
Ili ja tebe bolje?
Slatko-slani ukus bresaka u ustima
Sočnog voćnog mesa
I nežne kožice njene
Duge senke vrele
što klizi
Niz tvoja smeđa leđa
I nestaje u naborima
Letnje suknje bele
Posmatramo
Čas umiranja Sunca
Prikazanog kao akvarel
Toplih julskih boja
A čas njegovog rađanja
Uvek prespavamo kao
Da smo nesvesni te sreće
Umorni, zatočeni, omamljeni
Snom
Još vidim
Brodicu i njena jedra bela
Što klize po horizontu
Ljuljuškajući naše poglede
I snove
O budućem životu...
Ostali su i
Naši otisci u pesku
Do sledećeg vetra
Ili talasa
Koji mrvi
kamenje do peska
Razdvaja
Vodu od kopna
Dan od noći
San od jave...
Voleo bih da je ovakvih
dana i noći
Više
No onda u njima ne bih uživao
Ni upola ovoliko
Ni blizu







субота, 17. јун 2017.

Ogledalo

Dok slušam
ples vetra sa lišćem
mrmorenje vode
vetra šapat
kiše umilni pad
čujem
muziku večnog
Dok gledam
neprestano rađanje mora
krstarenje oblaka
mir drveća koje
nemo raste
Dok letim s pticama
lebdim s oblacima
prisustvujem
večnoj promeni sveta
Gledam se u ogledalo
i pokušavam
bez uspeha
da zgrabim
razliku
u odnosu na odraz
od pre nekoliko godina

pokušavam
bez uspeha
da uhvatim
vreme na delu
a ne shvatam

kako vreme stoji.
dok mi prolazimo


La fonction du regard dans la poésie de Paul Eluard

Introduction

Dans  ce travail de séminaire, on essaiera d’analyser le rôle du regard dans la poésie de Paul Eluard. On le fera en examinant plusieurs recueils de poésie d’Eluard, mais aussi les influences que le poète a subies au cours de sa vie, personnelle et littéraire. On abordera en premier lieu sa vie, son œuvre en général, ensuite son œuvre du côté visuel, pour conclure avec l’analyse des catégories visuelles dans sa poésie.

La vie
Paul Eluard, poète français, de son vrai nom Eugène Émile Paul Grindel, est né à Saint-Denis en 1895. Apres avoir obtenu son brevet à l’école supérieure Colbert à Paris, il est obligé d’interrompre ses études a l’âge de seize ans. Avec une tuberculose pulmonaire, il est hospitalisé dans un sanatorium suisse pendant deux ans. C'est là-bas qu'il rencontre la première inspiratrice de sa poésie, Helena Diakonova, une jeune Russe en exil, qu’il surnomme Gala. Les deux se marient en 1917. En 1918, il fait partie du mouvement Dada, qui se forme autour de Tristan Tzara. Ensuite il se joint à André Breton pour former le mouvement de surréalisme. Dès 1925, il adhère au parti communiste. Gala, qui était ouvertement la maîtresse da Max Ernst, quitte le poète pour le peintre Dali.  Peu après, il rencontre Maria Benz, une artiste de music-hall franco-allemande surnommée "Nusch" avec qui il se marie en 1934. Exclu du parti communiste, il continue sa lutte pour la révolution. Comme l’ambassadeur du surréalisme, il voyage partout dans l’Europe. Lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclate, il rejoint le parti communiste et le jour de la Libération il est fêté avec Louis Aragon comme le grand poète de la résistance. Après la guerre, en 1946, la mort subite de la femme aimée bouleverse de nouveau la vie d’Eluard. Les années qui vont  suivre, il est engagé pour défendre la paix dans le monde, et c’est au Mexique qu’il rencontre Dominique Lemor, avec qui il rentre en France. Les deux se marient en 1951. Eluard est mort un an plus tard en  Charenton-le-Pont et est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

L’œuvre
Influencé d’abord  par Dada, formé autour de Tristan Tzara, (qui est en réaction à l’absurdité de la grande guerre et remet en question le monde tel qu'il est), et puis par le surréalisme qui en est issu, Eluard traduira quelques principes de ces mouvements dans sa poésie. Comme André Breton et Louis Aragon, il est en recherche d’un nouveau mode d’expression poétique lié au rêve, à l’imaginaire et à l’inconscient et dont l’un des aspects sera l’écriture automatique[1]. Le mouvement a aussi une dimension politique : l’art est considéré comme un moyen de « changer la vie » ce qui explique l’adhésion des surréalistes, y inclus Eluard, au parti communiste. Cependant, Eluard n’est pas entièrement d’accord avec tous les principes surréalistes. Il se distingue des autres surréalistes par son désir de communication, et l’écriture automatique ne constitue pour lui la manière poétique par excellence. Pour Eluard, la poésie est une activité consciente ou l’automatisme ne fait qu’enrichir le champ de vision.[2] Il est poète de l’imagination, sa peinture du monde n’est pas celle d’un photographe. Sa création poétique comprend une sorte de recréation du réel, d’abord la destruction du réel, et puis sa reconstruction par synthèse de l’image perçue par les sens (la vue, l’odorat, l’ouïe, le goût, et le toucher) et l’imagination:
« Tout est au poète objet à sensations et, par conséquent, à sentiments. Tout le concret devient alors l'objet de son imagination et l'espoir, le désespoir passent, avec les sensations et les sentiments, au concret. »[3]
La lumière, les sons, les odeurs, rien de ce qui peut être perçu par les sens humain ne doit rester étranger au poète. L’imagination est celle qui motive la création poétique, elle métamorphose la perception et crée ainsi un second univers, plus beau que le premier.
Cependant, on ne doit pas négliger l’importance de l’amour et de la femme dans la poésie d’Eluard. Dans son œuvre on peut voir les figures des femmes inspiratrices et même les cycles de chacune d’elle : le cycle de Gala (1914-1930), celui de Nusch (1930-1946) et de Dominique (1949-1952). Le titre d’un de ses recueils nous éclaire l’importance de l’amour: « L’amour la poésie ». Il y supprime la conjonction, il ne dit pas « L’amour et la poésie », parce que pour lui ces deux idées-la sont si étroitement liées qu’elles ne peuvent exister l’une sans l’autre.


Le visuel dans l’œuvre d’Eluard
Pour commencer notre étude du visuel notons d’abord seulement les titres des recueils de poésie de Paul Eluard qui appartiennent au champ sémantique de la vue : Les yeux fertiles, Donner à voir, Perspectives, Voir, A l’intérieur de la vue, De l’horizon d’un seul à l’horizon de tous, La courbe de tes yeux etc. Dès le début, on confirme l’importance du visuel et de l’organe principal de sa perception : l’œil.
La plupart des recueils publiés pendant la vie du poète est illustrée, par des amis peintres ou photographes. Les premiers amis d’Eluard, déjà à l’époque Dada, sont Max Ernst, Giorgio de Chirico et Picasso, et plus tard, Salvador Dali, Man Ray, Chagall, Magritte, etc. Dans son recueil de poésie Capitale de la douleur on peut lire des poèmes intitulés Max Ernst, Giorgio de Chirico, Pablo Picasso, Georges Braque, Joan Miró. Il est ouvertement fasciné par Picasso, et approuve son effort de libérer la vision du monde. Il dit de Picasso: « Cet homme tenait en mains la clef fragile du problème de la réalité. Il s'agissait pour lui de voir ce qui voit, de libérer la vision et d'atteindre à la voyance. Il y est parvenu. »[4]
C’est le monde du concret qui règne dans la poétique d’Eluard. D’ailleurs, les substantifs forment le gros du vocabulaire de ce poète. Et parmi les substantifs, on peut remarquer la prédominance de ceux qui désignent les parties du corps humain, surtout le visage.[5] Il est inévitable que le poète se serve des substantifs abstraits, et le plus souvent il les accompagne des verbes concrets. Il dit : « Je chante…la candeur de t’attendre, l’innocence de te connaître[6]
En évoquant les objets dans ses poèmes, il ne les décrit pas, il utilise leurs caractéristiques habituelles en les appliquant métaphoriquement aux autres objets. La langue dont se sert le poète est celle de tous les jours, mais les rapports entre les choses sont établis avec le plus de spontanéité possible.  Le résultat est une poésie évocatrice et sensible, qui touche l’esprit avec plus de force. Mais voyons de plus près suivantes catégories du visuel dans sa poésie : les formes, les couleurs, la lumière, les lieux, le miroir, le regard amoureux…


Les formes
La poétique d’Eluard semble plus ouverte aux formes rondes ou courbes qu'aux lignes droites :
« La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur
Un rond de danse et de douceur;
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr... »[7]

Ces formes rondes sont proches de celle du cercle qui est traditionnellement regardée comme symbole de perfection, d’infini, d’éternel.  Le mot « auréole » apporte l’idée de l’amour sacré, pur.  L’évocation du « berceau » peut apporter une notion de chaleur, protection, en tant que symbole de naissance, et dans le poème, naissance de l’amour et du poète-même.
Les couleurs
Les couleurs sont omniprésentes, et peut-être sont-elles le plus abondantes quand il les emploie à propos de la femme aimée :
« Dans cette vaporeuse région, dans ces espaces irisées
Par les fées, tu viens vers moi, large et généreuse,
Rose et rouge, mauve et violette sous les dehors de ta blancheur. »[8]

De même, à l’exemple de ses amis peintres, il aime se jouer avec les couleurs, en altérant les rapports entre les choses, et créant ainsi des effets inattendus. Il est fameux son vers : « La terre est bleue comme une orange»[9] qui frappe l'esprit à cause de l'illogisme sensoriel. Si on se donne un peu de liberté et d’imagination, la couleur bleue peut-être symbolise ici l’infini, l’azur de Mallarmé. La forme sphérique de l’orange est proche de celle de la terre, ce qui peut suggérer que le poète trouve de l’infini sur la terre.


La lumière
La lumière, comme phénomène qui dévoile les objets et sans laquelle il serait impossible de voir, est très fréquente dans sa poésie. Elle apparaît sous les formes différentes, comme «soleil », «feu», «rayon », «jour», «aube», «flamme» etc. A cause de son rôle essentiel pour la vision, elle est toujours associée aux sentiments positifs de la joie, de la liberté, de l’amour :
« Le soleil est vivant ses pieds sont sur la terre
Ses couleurs font les joues rougissantes de l'amour
Et la lumière humaine se dilate d'aise »[10]
Par contre, l’absence de la lumière,  pendant le sommeil, quand les yeux sont fermés, montre la volonté de s’isoler du monde :
« Et  quand tu n’es pas là
Je rêve que je dors, je rêve que je rêve»[11]
«Il dort, il dort, il dort.
L’aube a eu beau lever la tête,
 Il dort. »[12]
Les lieux
En évoquant le monde concret, certains lieux deviennent symboliques. À part la notion de transparence que suscite l’usage du mot « fenêtre », on constate aussi la signification de découverte d’un nouveau monde, possibilité de s’enfuir:
«C’est par la fenêtre que l’on sort
Prisonnier, c’est par la fenêtre
Que l’on gagne un autre monde »[13] 
Le « désert » symbolise la solitude du poète après la mort de Nusch :
 « Mon désert contredit l’espace
Désert pauvre désert livide
De ma morte que j’envie »[14]

Le miroir

Dans la poésie d’Eluard, le regard apparaît aussi sous la forme de reflet. Le miroir, comme l’objet d’un reflet parfait, peut montrer aussi la réciprocité des sentiments dans l’amour :
« Notre amour a plus besoin
D'amour que l'herbe de pluie
Il faut qu'il soit un miroir »[15]
Ici, on a une image de l’amour qui se nourrit de lui-même, qui survit grâce au reflet. L’amour naît dans le miroir, on n’aime que le reflet : nous-mêmes dans les autres. D’ailleurs, la poésie d’Eluard n’existe sans la présence de l’autre, soit la femme aimée, soit le lecteur.
A cet égard, Eluard dit aussi :
«La plupart d'entre eux (les peintres) s'est misérablement borné à reproduire le monde. Quand ils faisaient leur portrait, c'était en se regardant dans un miroir, sans songer qu'ils étaient eux-mêmes un miroir. Mais ils en enlevaient le tain, comme ils enlevaient le tain de ce miroir qu'est le monde extérieur, en le considérant comme extérieur »[16]
Pour Eluard, les choses n’existent que par leur reflet, le miroir sans reflet n’est pas un miroir. Pour exister, il faut être vu par quelqu’un, et c’est souvent par la personne aimée :
 « Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
C’est que tes yeux ne m’ont pas vu. »[17]

Le regard amoureux
L’amour eluardien est l’union de deux êtres, ou l’un se perd et se retrouve dans l’autre, et le lien entre les deux s’établit par le regard :
« Elle est debout sur mes paupières

Et ses cheveux sont dans les miennes,

Elle a la forme de mes mains,

Elle a la couleur de mes yeux

Elle s’engloutit dans mon ombre

Comme une pierre sur le ciel.

Elle a toujours les yeux ouverts

Et ne me laisse pas dormir… »[18]

La femme aimée est définie par les yeux et les mains du poète, et se trouve dépendante de lui. Aussi longtemps qu’elle regarde il ne peut pas dormir parce que les yeux de la femme sont ceux du poète lui-même. C’est dans les yeux féminins que réside le couple amoureux. La dépendance mutuelle se voit clairement dans les vers suivants:

« Comme le jour dépend de l’innocence
Le monde entier dépend de tes yeux purs
Et tout mon sang coule dans leurs regards. »[19]

Ici, le sang, symbole de vie, ne coule plus dans le corps du poète, mais dans les yeux de la femme aimée. C’est grâce au regard de la femme que le monde existe, que le poète le voit, et qu’il est vivant.
Chez Eluard, (et c’est le cas dans le poème déjà citée au-dessus, « L’amoureuse » ) on a la thématique de fusion de deux êtres, ce qui pourrait bien être la recréation du mythe d’androgyne[20], mythe platonicien, où l’homme est condamné à chercher sa moitié auparavant perdue[21]. La femme et le poète ne font qu’un, elle n’apparait plus comme le reflet, le visage, mais la moitié du poète lui-même.


Conclusion

La vue, chez Paul Eluard permet une relation entre les choses, entre les personnes.  C’est la base de tout ce qui existe, ou pour le dire ainsi, les choses n’existent que par leur  possibilité d’être vues ou de voir. Cette relation qu’établit le regard avec l’univers est d’ordre primordial. L’acte de voir est évidemment sensuel, mais plus que cela, il est vital. Pour cela, il n’étonne pas qu’Eluard donne à ce sens-là une signification si large : « Voir, s'est comprendre, juger, transformer, imaginer, oublier ou s'oublier, être ou disparaître. » [22]
La réalité altérée par son regard et l’imagination est parfois difficile à saisir pour les lecteurs. Mais c’est justement par ses images arbitraires, si chères aux surréalistes, qu’Eluard exprime ce qui est en lui le plus pur, le plus profondément humain: 
« Un jour, tout homme montrera ce que le poète a vu. Fin de l'imaginaire. »[23]



Bibliographie
  • · ELUARD, Paul, Capitale de la douleur, suivi de L’amour la poésie, Paris, Gallimard, 1966.
  • · ELUARD, Paul, Œuvres complètes, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1968.
  • · WESTE KLEINEIDAM, Anja, Le thème du regard dans la poésie de Paul Eluard, 1969. (en ligne, URL : http://www.erudit.org/these/liste.html?src=McGill&typeIndex=facetteAnneePublication&annee=1968)
  • · ROBICHAUD, Michel Roma, Poésie Surréaliste de Paul Eluard: Analyse Stylistique, (2011). Open Access Dissertations and Theses. (en ligne, URL: http://digitalcommons.mcmaster.ca/opendissertations/5195/)
  • · OLLIER, Charlotte, Enjeux de représentations contradictoires du féminin dans la poésie de Paul Eluard, mémoire de master, Université Stendhal(Grenoble III), 2009 (en ligne, URL : http://dumas.ccsd.cnrs.fr/docs/00/45/03/03/PDF/Ollier_C._Memoire.pdf)
  • · GAUBERT, Serge, Éluard entre Breton et Picasso (en ligne, URL : http://ebooks.unibuc.ro/filologie/litteratureetpeinture/gaubert.pdf)
  • · MARTIN, Marie-Agathe, La sensation symbolique chez Paul Eluard, 1968. (en ligne, URL :http://digitool.library.mcgill.ca/R/?func=dbin-jump-full&object_id=46408&local_base=GEN01-MCG02 )
  • · http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_%C3%89luard
  • · http://fr.wikipedia.org/wiki/Surr%C3%A9alisme




[1] « Chez les surréalistes, elle consiste à écrire le plus rapidement possible, sans contrôle de la raison, sans préoccupations esthétique ou morale, voire sans aucun souci de cohérence grammaticale ou de respect du vocabulaire. » (URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89criture_automatique)


[2] ROBICHAUD, Michel Roma, «Poésie Surréaliste de Paul Eluard: Analyse Stylistique » (2011). Open Access Dissertations and Theses, p.10 (en ligne, URL: http://digitalcommons.mcmaster.ca/opendissertations/5195/ )


[3] ELUARD, Paul, Œuvres Complètes (L’évidence poétique), Paris, Gallimard, 1968, p. 515


[4]ELUARD, Paul, Œuvres Complètes (Donner à voir), Paris, Gallimard, 1968, p. 944


[5]ROBICHAUD, Michel Roma, Poésie Surréaliste de Paul Eluard: Analyse Stylistique, 2011, Open Access Dissertations and Theses, p.17 (en ligne, URL: http://digitalcommons.mcmaster.ca/opendissertations/5195/ )


[6]ELUARD, Paul, Capitale de la douleur, suivi de L’amour la poesie, Paris, Gallimard, 1926, p.140


[7]ELUARD, Paul, op.cit, p.139


[8]ELUARD, Paul, Choix de poèmes, (A l'intérieur de la vue), Paris, Gallimard, p. 344


[9]ELUARD, Paul, Capitale de la douleur, éd. citée, p. 153


[10]ELUARD, Paul, Une leçon de morale, Paris, Gallimard, 1949, p. 164


[11]ELUARD, Paul, Capitale de la douleur, éd. citée, p. 154


[12]ELUARD, Paul, op.cit., p. 54


[13]ELUARD, Paul, La jarre peut-elle être plus belle que l’eau? (Cours naturel), Paris, Gallimard, 1951, p. 300


[14]ELUARD, Paul, Derniers poèmes d’amour (Le temps déborde), Paris, Seghers, 1962, p. 65


[15]ELUARD, Paul, Une longue réflexion amoureuse, Paris, Gallimard, 1964, p. 33-34.


[16]ELUARD, Paul, Donner à voir, éd. citée, p. 941


[17]ELUARD, Paul, Capitale de la douleur, éd. citée, p. 139


[18]ELUARD, Paul, op.cit., p. 56


[19]ELUARD, Paul, op.cit., p. 139


[20]OLLIER, Charlotte, Enjeux de représentations contradictoires du féminin dans la poésie de Paul Eluard, mémoire de master, Université Stendhal(Grenoble III), 2009, p. 34-35


[21]Selon le mythe de Platon, qui est évoqué dans le Banquet ou de l’amour, genre moral, aux origines il n’existaient deux sexes, mais trois : le mâle, la femelle, et l'androgyne. Chaque être humain était en fait une sphère avec quatre mains, quatre jambes et deux visages sur une tête unique, quatre oreilles, deux sexes, etc. Leur orgueil provoqua la rage de Zeus, qui les coupa en deux. Dès lors, chaque morceau, regrettant sa moitié perdue, tente de s’unir de nouveau à elle. (URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Banquet_%28Platon%29)


[22]ELUARD, Paul, Œuvres Complètes, ( épigraphe de Donner à voir), Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1968, p. 917


[23]ELUARD, Paul, op.cit. (Avenir de la poésie) p. 526

уторак, 06. јун 2017.

Carpe diem

Najgorče suze mog detinjstva
potekle su onog dana kada sam saznala
da sve ima svoj kraj
kao leptir
vrabac
cvet
moja majka jednog dana
moja sestra
ja
svi će imati svoj kraj
Kao što me nekad nije ni bilo
tako me nekad biti neće

Smrtna sam
- a možda je baš u tome čar
Niko neće znati da ceni taj dar
- života
Niko se kao ja smejati neće
nijedan čovek.
Svi će se smejati 
kao ja
kao svi ljudi na svetu.
Niko s takvim žarom neće braniti Pravdu
koja ni ne postoji
(sem možda Kosmička)
niko sem mene
i ponekog
čistača ulica
pekara
pesnika
budale.
Niko s takvom tugom u njedrima
neće oplakati propast sveta
i što je Lepota prolazna
a Besmrt nedostižna
niko sem mene
i poneke
Lepotice
Prostitutke
sanjara

Homo sum
Nihil humani a me alienum puto

Niko Ga neće tako voleti
kao ja
Sve bi Ga volele kao ja
ali nijedna 
toliko snažno

Ubi tu Gaius 
Ego Gaia


Niko ne dočekuje s tolikom srećom 
prolećno sunce 
Zatvorenih očiju
prvi mraz 
u bolnim nozdrvama
umirujuću kišnu kap
na dlanovima
niko ne zastajkuje ulicom
tek da pomiriše 
prosti
korovski
poljski cvet

Niko neće imati moj raspored i boju
očiju
kose
noktiju
bora
Sem možda mog nerođenog deteta
mog nerođenog unuka
budućeg pokolenja
i to tek
ponešto od toga
samo naznaku
da na mene liči
da od mene potiče




Masao Yamamoto




Možda će neko čitati 
moje pesme
nositi moje haljine
rukavice
korake 
jednog dana
kad me ne bude više bilo
I pitati se pritom
kakva li je bila
koliko visoka
kakvog držanja
kakvog osmeha i plača
kakve su joj bile ruke
oči
Kako se nosila u tugama
pobedama
šta li je sanjala...
Ona 
Ona koja je sada 
Prah
-a možda i neće
Zapravo... nije ni bitno


Smrtna sam 
- a možda je baš u tome čar
Ovakva kao ja nikad više 
koračati Zemljom neće
A ni takva kao ti
ni kao On

Energija ne nastaje
niti nestaje
samo prelazi iz jednog oblika u drugi

Raduj se!
Besmrtna je naša sudba
naša želja
tuga
opsena
sreća
Smrt.
Rađanje

I kada zauvek zatvorim oči
za ovaj svet
živeće moja želja
tuga
strah
sreća
smrt
rađanje 
u svim ljudima nakon mene

Besmrtna sam
I ti
i on
i svi koji ovu pesmu čitaju

Besmrtna je ova pesma
sve dok je Sunca 
dok je očiju
da se pročita
dok je usta 
da je izgovare
dok je ljudi
i vremena
Vreme stoji.
 Mi prolazimo